Background
Mondial 22 décembre 2016

L’Afrique de l’est manque de plants de pomme de terre de qualité

Dans les pays des hauts plateaux de l’Afrique de l’Est (Kenya, Ethiopie, Ouganda, Rwanda et Burundi), dans la zone tropicale, près de 40% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Dans cette région, il est important d’aider les petits producteurs à augmenter leurs rendements et leur niveau de vie, car la population augmente plus rapidement que la production alimentaire locale.

Planter les restes

L’un des principaux problèmes vient du fait que très peu de fermiers ont accès à des plants de pommes de terre sains. « Pour de nombreuses cultures, les fermiers utilisent le surplus de la récolte précédente », explique Ian Barker, responsable des partenariats agricoles auprès de la Fondation Syngenta pour l’agriculture durable. « On estime que moins d’un pourcent des producteurs utilisent des semences de qualité. Les semences ont fréquemment entre 20 et 30 ans. Résultat : un rendement moyen de 5,3 à 8,9 tonnes de pommes de terre à l’hectare au lieu de 25. En outre, la production est en baisse. La pomme de terre est un aliment important pour de nombreux habitants de la région. Dès lors, que pouvons-nous faire pour résoudre ce problème ? ».

Développer des partenariats

Syngenta est une fondation suisse qui travaille dans le monde entier avec des partenaires pour augmenter les revenus des petits agriculteurs des pays en voie de développement grâce à la mise en place d’une agriculture durable basée sur l’innovation. L’un des projets vise à améliorer l’accès à des semences de qualité pour les variétés récentes. Ce projet, baptisé Seeds2B, concerne l’ensemble des cultures, mais la priorité a été donnée à la pomme de terre.

“Les pommes de terre permettent d’assurer la sécurité alimentaire et de générer un revenu”

Ian Barker explique : « Si dans la région des hauts plateaux de l’Afrique de l’Est, la pomme de terre est la seconde culture vivrière après le maïs, elle offre cependant une valeur nutritive plus intéressante. Son cycle de production est plus court et elle résiste à la sécheresse. La pomme de terre permet d’assurer la sécurité alimentaire et de générer un revenu, et elle nous permet d’aider ces petits producteurs à améliorer leurs rendements.

Lorsqu’on recherche des partenaires dans le domaine de création de nouvelles variétés de pommes de terre, notamment dans le secteur spécialisé dans l’obtention rapide de variétés, on pense à l’Europe y compris aux Pays-Bas. Il ne s’agit pas seulement de la semence. A travers cette collaboration, nous avons accès à un savoir-faire et à une infrastructure qui existent depuis plus de 100 ans » !

Nouvelles opportunités sur le plan économique

« Nous avons mis en place un partenariat solide avec HZPC », ajoute Ian Barker. « L’entreprise dispose d’une gamme de variétés très intéressante et elle s’est engagée à développer des variétés pour les environnements tropicaux ». Ce n’est pas toujours simple. En effet, trouver les variétés les mieux adaptées est un travail délicat. Explications d’Ian Barker : « Pendant la première saison, nous avons travaillé en priorité sur les rendements et la qualité, et nous avons négligé quelque peu la résistance aux maladies et la dormance. A  cause du climat tropical, les hauts plateaux africains connaissent des jours plus courts et parfois deux saisons par an. Le risque de maladie est élevé. Nous avons sélectionné 9 variétés dont les performances dépassent toutes les variétés cultivées dans la région. Nous avons également trouvé des partenaires locaux sérieux pour la production de semences et l’accueil des obtenteurs et des experts de l’entreprise HZPC qui participent à l’évaluation des variétés. Cette initiative devrait offrir aux petits producteurs de nouvelles opportunités sur le plan économique ».  

Nous avons sélectionné
les variétés les plus
performantes.

Engagement

Nous avons demandé à Ian Barker comment il envisageait l’avenir de ce partenariat. « Même si nous parvenons à trouver des variétés performantes et des partenaires, ce ne sont que deux éléments dans la chaîne de valeur. Au cours des 5 prochaines années, nous devrons mener des campagnes de sensibilisation, étendre l’initiative à l’ensemble de la région, collaborer avec le secteur pour améliorer les circuits de distribution, le stockage et les méthodes de commercialisation. C’est un processus qui s’inscrit sur la longue durée. Je suis heureux qu’une entreprise néerlandaise de premier plan comme HZPC se soit engagée à relever ce défi et qu’on puisse travailler ensemble pour mener ce projet à bien ».

Plus d’informations sur la Fondation Syngenta : syngentafoundation.org
Plus d’informations sur le projet : seeds2b.org

L’Afrique contribuera de manière importante à l’augmentation de la population mondiale au cours des prochaines décennies. En 2025, l’Afrique comptera plus de 1,1 milliards d’habitants, soit un cinquième de la population mondiale. Trois pays d’Afrique centrale, le Nigéria, le Congo et l’Ethiopie feront partie des 10 pays les plus peuplés au monde en 2050.
L’Afrique contribuera de manière importante à l’augmentation de la population mondiale au cours des prochaines décennies. En 2025, l’Afrique comptera plus de 1,1 milliards d’habitants, soit un cinquième de la population mondiale. Trois pays d’Afrique centrale, le Nigéria, le Congo et l’Ethiopie feront partie des 10 pays les plus peuplés au monde en 2050.

HZPC et Syngenta

La demande de semences de pommes de terre certifiées et de qualité est en hausse, car les agriculteurs ont compris l’importance de les utiliser pour obtenir de bonnes récoltes. En effet, les semences certifiées permettent d’atteindre des rendements 60% plus élevés par rapport aux semences locales non certifiées. En outre, les semences de pomme de terre certifiées ne sont pas porteuses de virus, flétrissements bactériens et autres maladies, ce qui représente un avantage important. Les  entreprises spécialisées dans la production de pommes de terre de semence sont confrontées à un défi important : disposer de canaux de distribution efficaces pour pouvoir livrer des semences de qualité dans des villages isolés situés dans les terres pendant des périodes de fortes chaleurs en l’absence de moyens de transport réfrigérés. Toutefois, comme le dit le proverbe : « vouloir, c’est pouvoir ».