Background
Culture 18 décembre 2018

Dîner ADN :
un menu personnalisé pour régénérer votre corps

Favoriser la santé plutôt que le rendement dans le domaine de la phytogénétique


Fournir un échantillon d’ADN pour déterminer le repas le plus adapté à son corps. C’est ce qu’a fait Jeroen Bakker, Sector Breeder HZPC, avec un groupe de 100 professionnels de l’agroalimentaire. ‘En tant qu’acteurs du secteur agroalimentaire, nous avons organisé cet événement pour attirer l’attention des gens sur la nourriture saine’, explique-t-il. ‘Nous considérons que la nourriture joue un rôle prépondérant dans la prévention et la lutte contre les maladies. Le dîner ADN a marqué le lancement officiel de vers+, un programme conçu par les producteurs qui souhaitent cultiver des fruits et des légumes pour leurs vertus nutritionnelles plutôt que pour leur rendement.’

photographie – Daniel Verkijk / Innovation Quarter


Jeroen Bakker
Jeroen Bakker

Menu personnalisé

Bakker : ‘En tant que scientifique, je me suis dit que l’expérience était très intéressante, même s’il faut bien l’avouer, je ne me suis pas senti tout à fait à l’aise à l’idée de fournir mon ADN. Grâce à celui-ci, il a été possible de déterminer de quelle quantité de glucides, de lipides, de protéines et de quel type de vitamines j’avais besoin.

Toutes ces informations ont été prises en compte pour établir mon menu personnalisé. Les plats étaient très appétissants, ce qui prouve que bien manger ne demande pas de faire des sacrifices.
 

Il existe une importante différence en termes de valeur nutritionnelle entre les différentes variétés

Mieux informer les consommateurs

Les consommateurs ne sont pas suffisamment informés sur les fruits et les légumes. Il faut se nourrir, pas se remplir. Nous avons oublié, semble-t-il, que les légumes fournissent tous les nutriments nécessaires. Il est essentiel de comprendre ce dont notre corps a besoin afin d’acheter les produits adaptés et de préparer les plats les plus nutritifs. Par exemple, les betteraves rouges sont une source de fer et d’acide folique, alors que les tomates contiennent du lycopène. Ce que de nombreuses personnes ignorent, c’est qu’il existe une importante différence en termes de valeur nutritionnelle entre les différentes variétés de fruits et de légumes. Avec vers+, nous souhaitons faire le point sur les variétés présentant une valeur nutritionnelle plus élevée que la moyenne. Concernant la pomme de terre par exemple, la Perupas est bien notée car elle contient des taux élevés de carétonoïdes et d’anthocyanes, deux antioxydants.
 

Finance et santé

Vers+ peut sembler quelque peu idéaliste aux yeux de certains. Et c’est peut-être le cas. Notre chaîne agroalimentaire est axée sur le rendement et les bénéfices financiers. Ce que nous voulons éviter, c’est de conserver en frigo des tomates vertes en attendant que les prix remontent, ce qui leur faire perdre tous leurs nutriments. Il est important, pour ce concept, de convaincre l’ensemble de la chaîne et d’impliquer tous les partenaires. L’aspect financier est un des leviers des prises de décisions, mais je suis certain que les consommateurs accepteront de payer un peu plus cher pour de la nourriture plus saine. Peut-être faudrait-il attribuer une notation aux fruits et légumes, comme nous le faisons pour la viande dont la note se base sur les conditions de vie de l’animal.
 

“Donner le choix aux consommateurs entre de la nourriture moins chère ou de la nourriture plus saine”

Prochaines étapes

Notre prochaine étape est de trouver des partenaires de chaîne qui, comme nous, reconnaissent l’opportunité et désirent coopérer avec nous. HZPC participe au programme vers+ depuis le début, mais nous sommes des cultivateurs, pas des producteurs ni des fournisseurs. Dans le domaine de la phytogénétique, il y a un prix à payer pour tout. Si nous cultivons des plants de pommes de terre qui contiennent beaucoup plus de nutriments, ces variétés risquent de ne pas être très résistantes ou la récolte risque d’être moins abondante. Si personne au sein de la chaîne n’achète ces plants de pommes de terre, on n’y gagnera rien. Ainsi, en tant qu’entreprise agroalimentaire, nous devons coopérer pour que vers+ devienne une réalité. Sur le long terme, j’espère vraiment que nous pourrons créer de la valeur ajoutée pour des variétés plus saines de fruits et de légumes afin de pouvoir donner le choix aux consommateurs entre de la nourriture moins chère ou de la nourriture plus saine. Le monde occidental doit réapprendre à manger afin de rester en bonne santé ou d’améliorer sa santé.
 



Les partenaires de vers+ sont Koppert Cress et Best Fresh Group, soutenus par InnovationQuarter et par la municipalité de Westland.
 

Read more on Culture

NOUVEAU ! Créez votre propre boîte à outils et bénéficiez d’une qualité constante pour vos récoltes Nous pouvons à présent contrôler et optimiser les conditions de culture afin d’améliorer les rendements et le produit final. Lire cet article Optimisez vos récoltes ! Notre approche « Boîte à outils » permet aux producteurs de contrôler les facteurs décisifs du processus de culture de la pomme de terre. Lire cet article Close-up sur deux campagnes publicitaires récentes Dans plusieurs pays, la consommation de pommes de terre diminue. Quelle est la réponse du secteur de la pomme de terre ? Lire cet article

back to homepage