Background
Reproduction 25 octobre 2014

Une variété résistante au phytophtora

Dans le cadre de son projet de recherche DuRPh, l’Université de Wageningen (Pays-Bas) travaille sur un prototype de variété de pomme de terre qui offre une très bonne résistance au phytophtora pendant de nombreuses années.

Bons gènes

Prof. Anton Haverkort, chercheur à l’Université de Wageningen (Pays-Bas) : « Il s’agit du plus important projet de modification génétique de la pomme de terre à ce jour. Nous utilisons les gènes de la pomme de terre pour créer une variété résistante. Plus de 50 % des produits chimiques utilisés dans l’agriculture servent à prévenir les maladies de la pomme de terre. Cette nouvelle variété de pomme de terre représente dès lors un progrès significatif. »

Des semences saines

Pour pouvoir lutter contre les maladies, il est très important que les semences soient saines, précise Haverkort. « La pomme de terre se reproduit par clonage. Dès lors, si la semence de pomme de terre est contaminée, les pommes de terre qu’elle produira seront automatiquement contaminées. Les Pays-Bas exportent plus de semences de pommes de terre que tous les pays du monde réunis. Toutefois, dans de nombreux pays, il est très difficile d’obtenir des semences saines. Les autorités locales devraient mettre en place des projets de sensibilisation concernant ces problématiques. Investir dans la sensibilisation permettrait une meilleure l’utilisation des sols, de l’eau et des engrais. »

Mieux vaut prévenir que guérir

Les méthodes de culture développées aux Pays-Bas pour éviter les maladies suscitent un grand intérêt à l’étranger. Les Pays-Bas ont mis en place plusieurs programmes de recherche visant à sélectionner les variétés les plus performantes dans des contextes précis. Nous avons également mis en place des services de conseils. Aujourd’hui, les méthodes d’arrosage et de fertilisation sont strictement contrôlées. L’agriculteur doit ainsi systématiquement analyser la terre pour savoir s’il est nécessaire ou pas d’arroser ou d’utiliser des engrais. Une analyse de sol permet en effet de révéler si le sol contient suffisamment de minéraux ou s’il faut utiliser un fertilisant. Aujourd’hui, les prévisions météorologiques nous permettent de savoir à quel moment les feuilles seront trop humides. Une humidité trop importante risque de provoquer des maladies et de compromettre les récoltes.